Ameya
est le père de Chôjirô I, un potier d'origine chinoise. Comme les techniques du Raku ont évolué à partir de la céramique sancai du Henan de la dynastie Ming en Chine, on pense que Ameya est originaire de la province de Fujian dans le sud de la Chine. Aucune de ses œuvres n'est connue.

Chorijo I ? 1589 On pense que Chôjirô était un fils d'Ameya. Il a fondé la céramique Raku sous la direction de Sen Rikyû qui a créé le chanoyu. Chôjirô a établi une esthétique unique en termes de forme des bols à thé, reflétant plus directement les idéaux du wabi prônés par Sen Rikyû ainsi que la philosophie du zen, du bouddhisme et du taoïsme. Par sa négation du mouvement, de la décoration et de la variation des formes, Chôjirô a dépassé les limites de l'expression individualiste et a élevé le bol à thé au rang d'abstraction spirituelle et de présence intensifiée.

Tanaka Sôkei 1535 ? Sôkei était le grand-père de la femme de Chôjirô et son nom de famille était Tanaka. Il avait des contacts étroits non seulement avec Sen Rikyû mais aussi avec Shun'oku Sôen (1529 ~ 1611), l'abbé du temple Daitokuji, et Hasegawa Tôhaku (1539~1610), un peintre et le fondateur de l'école Hasegawa de peinture japonaise. Le document montre qu'il résidait à Minamiinokuma-chô à Kyoto en la 4e année de l'ère Tenshô (1576). Il dirigeait l'atelier de raku avec Chôjirô, produisant des bols à thé de type Rikyû comme Chôjirô. Les exemples de son travail qui ont survécu comprennent un brûleur d'encens émaillé en trois couleurs en forme de chien-lion. La plupart de ses œuvres, à quelques exceptions près, portaient le sceau de la famille Raku, ce qui permet de les distinguer de celles de Chôjriô.

Shôzaemon Sômi Sômi était un fils de Sôkei et un frère de Jôkei, la deuxième génération. Sa fille est mariée à Chôjirô selon le document laissé par Sônyû daté de 1688. Certaines œuvres attribuées à Sômi ont survécu mais nécessitent des études complémentaires quant à leur définition.

SUITE



Texte :Raku Museum