Tannyû X 1795 1854
Deuxième fils de Ryônyû, il a succédé à la 10ème génération en 1811. Il prit le nom de Tannyû à sa retraite en 1845. Il a commencé à fréquenter la province de Kishû à partir de 1819 pour servir la famille Tokugawa de Kishû. Il a établi le four Kairakuen ainsi que le four Seineiken pour produire des Oniwayaki, des articles ménagers pour le seigneur féodal, dans les locaux des villas de la famille Tokugawa au service du 10ème seigneur Tokugawa Harutomi et du 11ème seigneur Tokugawa Nariyuki. L'influence stylistique de son père, Ryônyû, est clairement visible dans son travail. L'effet de bordure est techniquement plus élaboré et varié, mettant en valeur les détails du bol à thé. Ses bols à thé rouges sont caractérisés par la vivacité de leur tonalité acquise grâce aux changements de cuisson.

Keinyû XI 1817 1902
Second fils d'Ogawa Naohachi, un brasseur de saké de Tanba, l'actuelle ville de Kameoka à Kyoto, il a été adopté dans la famille Raku comme gendre de Tannyû. Il a succédé à la 11ème génération en 1845. Il s'est retiré en 1871, prenant le nom de Keinyû. La période qu'il a vécue était un âge de transmission du féodalisme du shogunat Tokugawa à la modernisation du gouvernement Meiji introduisant les perspectives culturelles modernes de l'Occident. Dans le même temps, il a assisté à l'effondrement de la culture traditionnelle, y compris la culture du thé. Pendant plus de 70 ans de production de céramiques dans des circonstances aussi défavorables, Keinyû a cependant réalisé avec vigueur une variété de céramiques, non seulement des bols à thé mais aussi d'autres ustensiles à thé ainsi que des objets décoratifs, considérés comme les plus polyvalents parmi toutes les générations Raku. Son œuvre est dotée d'une grande qualité d'artifice ainsi que d'une sensibilité poétique.

Kônyû XII 1857 1932
Fils aîné de Keinyû, il succède à la 12e génération en 1871 à l'âge de 15 ans et prend le nom de Kônyû à sa retraite en 1919. Il fut confronté à des difficultés avec son père lorsqu'il succéda à la maison, car le culte du thé était encore en déclin à l'aube de la modernisation de l'ère Meiji. Ses caractéristiques stylistiques sont moins variées, et son œuvre est dans l'ensemble assez réservée, bien que l'utilisation de la passementerie à des fins décoratives ainsi que sa glaçure rouge Raku, variée en tons et en nuances, soient très caractéristiques de l'œuvre de Kônyû.

Seinyû XIII 1887 1944
Fils aîné de Kônyû, il a succédé à la 13e génération en 1919, à l'âge de 32 ans. Bien que la vie de Seinyû n'ait pas été des plus heureuses avec le déclenchement de deux guerres mondiales successives, il n'en a pas moins poursuivi ses divers intérêts, étant bien versé dans la calligraphie, la poésie waka, la littérature chinoise et les yôkyoku du théâtre nô, et a en outre contribué à l'éclairage de la culture du thé en publiant un journal novateur appelé "Chadô Seseragi". Son travail suivait principalement le style traditionnel des bols à thé Raku, reflétant sa personnalité sérieuse et diligente. Il était également un chercheur enthousiaste sur les glaçures, utilisant divers minéraux provenant de différentes sources au Japon

SUITE



Texte :Raku Museum