Principe de la technique du Raku :

La technique du raku se caractérise par une cuisson rapide à « basse température » ainsi qu’un refroidissement des pièces tout à fait particulier.
En effet, celles-ci sont introduites dans le four vers 800°, ressorties vers 950/1.000° puis déposées incandescentes dans un récipient clos rempli de sciure, de copeaux de bois, de paille ou de feuilles mortes.
L’ouverture et la fermeture du four qui doivent être très rapides ainsi que le maniement des pièces chauffées au rouge nécessitent pratiquement toujours au moins deux personnes et beaucoup d’espace autour du four.
D’autre part, la sciure, paille ou copeaux qui prennent feu et provoquent une épaisse fumée acre, tout cela implique absolument que cette activité soit pratiquée à l’extérieur, même si le four par lui même peut éventuellement se trouver à l’intérieur ou sous un auvent.
 
Particularité des pièces
Craquelures (tressaillage): Les pièces Raku sont le plus souvent réalisées à partir d'une argile spéciale qui contient le plus souvent de la chamotte (grains de céramique cuite ) qui lui donne une résistance importante résistance aux fendillements provoqués par les changements brutaux de température qui sont la règle dans toute cuisson de Raku.
Par contre, la glaçure qui la recouvre la pièce (de par sa nature " alcaline " et du fait de sa faible résistance aux changements brutaux de température) va immanquablement craqueler (tressailler) de façon complètement aléatoire et plus ou moins selon la température, l’épaisseur et la composition de cette glaçure.
Ce tressaillage voulu est un élément important de la créativité qui donne sa beauté et son caractère à la pièce.​ ​ Réserves : Des parties non revêtues de glaçure et restées mates vont noircir au contact de la sciure ou des copeaux et vont créer des contrastes avec les parties recouvertes de glaçure brillantes et craquelées. Ce contraste est également voulu et fait partie de la créativité de la pièce.​ Les Formes: Contrairement aux glaçures haute température où le feu est le véritable créateur, dans le cas du Raku, c’est la surtout la forme de la pièce qui témoignera de la créativité de son auteur. En effet, la technique du Raku suppose des pièces aux parois plus épaisses qui s’apparentent aussi à la sculpture et permettent toutes sortes d’excentricités créatives.​
La porosité: Compte tenu des craquelures et fêlures plus ou moins importantes ainsi que de la basse température de cuisson, les pièces cuites en Raku seront toujours poreuses et donc impropres à l’usage courant.
Ne comptez pas donc pas utiliser cette technique pour faire des récipients à moins de les étanchéifier avec du silicone liquide .