Glaçures pour le Raku :

Les glaçures pour le Raku sont du type « basse température » (entre 950 et 1.000°). Contrairement aux cuissons de grès (où des transformations importantes sont produites à partir de 1.200°), aux « basses températures » du Raku, à part la fusion, la glaçure ne subit pas de transformation chimique majeure.
D’autre part, ce n’est pas la glaçure par elle-même qui est source de créativité mais davantage la forme et le contraste entre les parties revêtues de glaçure et celles qui ne le sont pas et qui vont devenir noires par enfumage.
En conséquence, il n’est pas nécessaire d’avoir une collection de glaçures. Une ou deux bases suffiront, soit que l’on laissera nature tout en faisant jouer les couleurs avec une engobe colorée en dessous, soit dans laquelle on mettra un ou plusieurs colorants.
Pour les véritables débutants qui ne veulent pas « se prendre la tête » avec la fabrication d’une glaçure, on peut trouver chez bon nombre de revendeurs ou fabricants des « émaux Raku » tout prêts qui feront parfaitement l’affaire pour une cuisson entre 950 et 1.000° .


Recettes de Glaçure à composer soi-même : 

Pour ceux qui voudraient composer eux-mêmes leur glaçure et qui possèdent déjà les produits céramique de base, voici ci-dessous les composants principaux de trois glaçures pour le Raku qui se nappent entre 950 et 1000° (mais on peut en «inventer» des dizaines d’autres…)

Base 1 :100% fritte alcaline (1254 Céradel ou FR7 Solargil ) + 5% Kaolin
Base 2 : 70 % fritte alcaline (1254 ou FR7 ) + 30% fritte au plomb (1250) + 5% Kaolin
Base 3 : Néphéline Syénite 31%, Oxyde de Lithium 10%, Colémanite 53%

- Pour conserver le bain en suspension: Rajouter de la Bentonite (entre 2 à 3%)
- Pour blanchir et opacifier : Rajouter de l’Oxyde d’ Étain ou Zirconium (6 à12%)
- Pour une surface douce et beurrée : Rajouter de l’Oxyde de Zinc (4 à 6%)